Plateforme pour l’eau, le gaz et la chaleur
27. août 2019

Blog

Que se passe-t-il dans le château d’eau suisse?

Nos distributeurs d’eau du Plateau sont actuellement très sollicités. Le 26 juin 2019, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a réévalué comme pertinents de nombreux produits de décomposition du fongicide chlorothalonil utilisé depuis les années 1970. Ces produits de décomposition sont désormais soumis à une valeur maximale de 0,1 microgramme/litre d’eau potable. Selon l’OSAV, un danger pour la santé ne peut pas être exclu, certains produits de décomposition pourraient même être cancérigènes.
Martin Sager 

Personne ne dispose encore d’une vue d’ensemble de l’étendue du danger. Quoi qu’il en soit, les distributeurs d’eau sont confrontés du jour au lendemain à des changements de prescriptions et doivent réagir. Au moins une douzaine de captages d’eau ont déjà dû être fermés. En revanche, l’interdiction du chlorothalonil n’est toujours pas entrée en vigueur. S’agit-il d’un cas isolé? Depuis 2005, environ 150 autorisations de pesticides ont été retirées. L’exemple du chlorothalonil démontre clairement que les autorisations n’offrent qu’une sécurité factice. La prévention reste sur le carreau.
 
C’est d’autant plus problématique qu’il n’existe pas de sites de captage de remplacement dans la plupart des cas et qu’un traitement simple de l’eau n’est jusqu’à présent pas possible. Les mesures et l’expertise techniques ne suffisent pas: la nécessité d’agir sur le plan politique est pressante.
 
En tant que défenseur de la qualité de l’eau potable, la SSIGE pointe concrètement du doigt la situation difficile de la protection de l’eau potable concernant la pollution aux pesticides et aux nitrates depuis des années. La dernière étude NAQUA de la Confédération sur l’état des eaux souterraines montre que nos inquiétudes sont justifiées. La protection de nos ressources en eau potable exige des mesures efficaces, au mieux sous la forme d’un contre-projet à l’initiative relative à l’eau potable ainsi qu’à l’initiative «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse» afin de pouvoir à l’avenir continuer à approvisionner la population en eau potable naturelle et saine, à un prix avantageux.
 
Cordiales salutations,
Martin Sager, directeur de la SSIGE

Kommentar erfassen

Kommentare (0)

e-Paper

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «AQUA & GAS» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Wasserspiegel» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Gasette» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.