Plateforme pour l’eau, le gaz et la chaleur
12. décembre 2019

Utilisation de pesticides

Retrait du chlorothalonil avec effet immédiat

L’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) a décidé de retirer l’autorisation de mise en circulation des produits contenant le fongicide chlorothalonil avec effet immédiat. Ce retrait est réalisé dans le cadre du programme de réexamen des anciens produits phytosanitaires. Une centaine de substances ont déjà été réexaminées à ce jour. Depuis des mois, la SSIGE réclame une interdiction immédiate et salue cette décision.

A la suite de l’annonce de retrait de la substance chlorothalonil par l’OFAG en été 2019, les parties intéressées, (fabricants et ONG environnementales) ont pu faire part de leurs commentaires. De nouvelles données provenant de laboratoires agréés et concernant la toxicité de certains produits de dégradation ont été fournies par l’industrie. Après examen des données complémentaires par l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), il n’est pas possible d’exclure que certains produits de dégradation de ce fongicide n’aient pas d’effet négatif à long terme sur la santé. Par ailleurs, l’OSAV partage l’évaluation de la commission de l’UE à propos du chlorothalonil, soit que la substance doit probablement être classée comme cancérigène. Ainsi les métabolites dans les eaux souterraines doivent être considérées comme pertinentes.

Comme l’on peut s’attendre à retrouver ces produits en dessus des normes légales fixées pour les eaux de boissons, il est nécessaire d’agir rapidement afin de réduire leur présence dans les eaux souterraines. L’OFAG retire donc les autorisations de vente des produits avec effet immédiat et interdit leur utilisation dès le 1er janvier 2020.

Une centaine de substances déjà réexaminées

Les exigences actuelles pour l’autorisation des produits phytosanitaires sont plus sévères que celles en vigueur il y a vingt ans. Les produits qui pouvaient être autorisés dans les années 70-80 ne peuvent plus forcément être homologués aujourd’hui. En 2010, la Confédération a mis en place un programme de réexamen des anciens produits afin de s’assurer qu’ils remplissent encore les exigences actuelles.

C’est dans le cadre de ce réexamen qu’il a été constaté que certains produits de dégradation du chlorothalonil devaient être considérés comme pertinents dans les eaux souterraines. A ce jour près d’une centaine de substances actives utilisées comme produits phytosanitaires ont fait l’objet d’un tel réexamen. C’est la première fois que la question de la pertinence d’un produit de dégradation dans les eaux souterraines conduit à retirer des produits phytosanitaires.

Kommentar erfassen

Kommentare (0)

e-Paper

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «AQUA & GAS» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Wasserspiegel» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Gasette» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.