Plateforme pour l’eau, le gaz et la chaleur
30. décembre 2019

Blog

Une énergie renouvelée pour la nouvelle année

Au 19e siècle déjà, Jules Verne avait prédit un grand avenir à l’hydrogène et était persuadé que «l’eau décomposée en ses éléments constitutifs», à savoir l’hydrogène et l’oxygène, garantirait l’approvisionnement énergétique du futur.
Martin Sager 

Le thème de l’hydrogène exerce souvent sur nous une attraction magique: je repense par exemple à mon professeur de chimie qui savait captiver même ses élèves les moins motivé(e)s avec des expériences au gaz détonant et des démonstrations d’électrolyse. Et qui n’était pas content de pouvoir placer correctement au moins un élément du tableau périodique en test de chimie? L’hydrogène est l’élément de numéro atomique «1». C’est également l’élément le plus léger et le plus fréquent dans l’univers, il compose l’eau et presque tous les composés organiques.

Le rayonnement du soleil est uniquement possible grâce à la fusion des atomes d’hydrogène et d’hélium. Pour toutes ces raisons déjà, l’hydrogène joue un rôle fondamental pour notre approvisionnement énergétique. L’utilisation de molécules d’hydrogène nous permet également de stocker l’énergie chimique, de la transporter facilement et de diversifier l’approvisionnement énergétique pour le rendre plus sûr.  À cet égard, notre infrastructure gazière joue un rôle décisif. Elle nous offre les meilleures conditions pour absorber, stocker, transporter et répartir efficacement des quantités croissantes d’hydrogène.

Je suis convaincu du potentiel important de l’hydrogène. En tant que SSIGE, nous pouvons participer efficacement à la réalisation des objectifs climatiques ambitieux à l’aide de notre infrastructure gazière combinée au Power-to-gas. Notre Inspection Technique se prépare d’ores et déjà à contrôler la sécurité technique des futures stations d’hydrogène. Le secteur gazier est également en train de tester de manière approfondie l’injection d’hydrogène dans le réseau de gaz naturel dans le cadre d’un projet du FOGA. Mais quelle quantité d’hydrogène le réseau de gaz naturel suisse est-il capable de supporter? Quels sont les prérequis pour qu’un jour, 100% d’hydrogène puisse être transporté? Un groupe de travail composé de spécialistes de la branche va évaluer la tolérance à l’hydrogène de notre infrastructure gazière. Avec le projet «Analyse de la tolérance H2 des réseaux de distribution» (LIEN), la SSIGE a donné vie à un projet grâce auquel elle souhaite évaluer l’état actuel de parties de réseaux de manière axée sur la pratique. Les exploitants de réseaux de distribution intéressés sont invités à participer.

Chères lectrices, chers lecteurs, je vous souhaite à toutes et à tous une année 2020 passionnante et pleine d’énergie. Apportons notre contribution en tant que branche.

Meilleures salutations
Martin Sager, directeur de la SSIGE

 

Kommentar erfassen

Kommentare (0)

e-Paper

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «AQUA & GAS» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Wasserspiegel» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Gasette» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.