Plateforme pour l’eau, le gaz et la chaleur
01. avril 2019

En conversation avec Markus Biner

«Une recherche de branche de qualité est absolument nécessaire!»

Nous nous sommes entretenus avec Markus Biner, secrétaire du FOWA et conseiller technique de la SSIGE, à propos de la situation du Fonds de recherche pour l’eau (FOWA), mais aussi de son histoire et de son avenir.

Markus Biner, pourquoi un fonds comme le FOWA est-il nécessaire?

De nos jours, les activités des entreprises de distribution d’eau de planification, construction et exploitation d’installations comportent des défis qualitatifs, techniques et structurels complexes. Seuls, les distributeurs sont presque dans l’impossibilité d’y apporter des solutions. Ainsi, si nous souhaitons trouver des réponses durables, nous devons aborder les problèmes collectivement. Nous avons donc besoin d’une association comme la SSIGE, de données et d’expériences supplémentaires émanant d’analyses ainsi que d’une recherche de branche.

Quelles sont les questions concrètes qui occuperont le FOWA ou ses membres à l’avenir?

La gestion optimale des données de réseau, les méthodes innovantes de surveillance de l’eau potable ou l’évaluation des matériaux de construction en matière de durée d’utilisation ou d’hygiène représentent p. ex. des thèmes pour de futurs projets. Une assurance qualité basée sur les risques, un entretien du réseau aux coûts optimisés, les défis posés par l’assainissement des canalisations par l’intérieur ou les problèmes de corrosion et de revêtement sont aussi des thèmes qui vont nous occuper.

Comment fonctionne le fonds et quelle est sa structure?

Le fonds dispose d’une organisation rationnelle: une commission spécialisée élue par le comité décide des activités de recherche. Elle assume la responsabilité et la coordination techniques et s’assure que les projets de recherche soient en relation directe avec la pratique. La commission se compose de six représentants des distributeurs d’eau recrutés de manière paritaire dans les régions linguistiques. Le secrétariat du FOWA est dirigé par la SSIGE, auprès de laquelle on peut se renseigner.

Et comment le fonds est-il financé?

Les projets sont financés grâce aux cotisations des membres du FOWA. Actuellement, nous disposons d’un volume de fonds s’élevant à 168 500 francs, qui a légèrement augmenté de façon continue depuis 2012 où il s’élevait à 143 000 francs, tout comme le nombre des membres du fonds: actuellement, nous pouvons compter sur la participation de 80 distributeurs d’eau et d’environ 30 partenaires de la branche, soit des bureaux d’ingénieurs et d’autres institutions. A cet égard, l’affectation transparente des fonds est une priorité. L’argent du fonds est géré dans un compte séparé et les coûts sont pris en charge par la SSIGE.

Comment les membres du FOWA peuvent-ils bénéficier du fonds?

Une plateforme Internet leur permet d’obtenir un accès exclusif aux résultats de recherche et leurs requêtes sont traitées en priorité. Les membres peuvent mettre en avant ces éléments ainsi que leur engagement au sein du FOWA dans leur publicité. Par ailleurs, ils peuvent participer gratuitement à nos ateliers périodiques au cours desquels les résultats sont présentés et discutés.

Comment évaluez-vous la situation actuelle du FOWA? Le fonds est-il sur le droit chemin?

Vu son orientation sur des sujets tels que la qualité de l’eau potable, l’ingénierie ou encore les structures
d’approvisionnement, le FOWA poursuit certainement les bons objectifs à l’heure actuelle. L’objectif central restera avant tout l’apport d’un soutien financier à des projets de recherche et de développement pertinents pour la pratique et présentant un intérêt général pour la branche. A ce propos, la valeur de remplacement de l’infrastructure de distribution d’eau s’élève à 51 milliards de francs suisses: cela donne une excellente idée de l’importance économique prépondérante de notre branche!

Sur le plus long terme, serait-il avantageux pour le FOWA de disposer de plus d’argent pour les projets souvent cofinancés?

Oui, évidemment. Nous sommes toujours à l’affût d’opportunités de financement. Atteindre un volume de fonds de 300 000 francs prochainement serait parfait! Nous allons tenter d’accroître l’intérêt du partenariat avec le FOWA en le rendant plus attractif pour le groupement de l’Industrie et des Ingénieurs de la SSIGE. L’atelier FOWA doit par ailleurs être transformé en une journée de l’innovation de l’eau au cours de laquelle des nouveautés émanant des projets FOWA comme du groupe d’industriels et d’ingénieurs, seront présentées.

Informations supplémentaires

inscription et conseils: Markus Biner, secrétaire du FOWA, SSIGE

Grütlistrasse 44, Case postale 2110, 8027 Zurich

Tél. 044 288 33 33, www.svgw.ch/FOWA, e-mail: fowa@svgw.ch.

Biographie de Markus Biner

Markus Biner a suivi une formation d’ingénieur agronome ETS et des études de sciences naturelles et d’environnement à l’EPFZ. Il a travaillé à l’Office fédéral de l’agriculture et au service de l’agriculture du canton du Valais. Dès 1995, il a été actif dix ans dans la réassurance internationale. Depuis le printemps 2005, Markus Biner travaille en tant que conseiller technique Eau au sein de la SSIGE. Dans le cadre de ses fonctions, il s’occupe des travaux de la commission sur la réglementation et de différents groupes de travail tout en étant secrétaire du FOWA.

Kommentar erfassen

Kommentare (0)

e-Paper

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «AQUA & GAS» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Wasserspiegel» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Gasette» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.