Plateforme pour l’eau, le gaz et la chaleur
E-Paper
Article technique
09. juin 2020

Reflets: focus coronavirus

Au sujet du coronavirus et de ses conséquences

Depuis début 2020, le coronavirus sévit dans le monde entier, avec de lourdes conséquences pour le quotidien des gens, mais aussi pour l’exploitation et l’entretien de l’infrastructure des distributeurs d’eau en Suisse.

Un marché dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, est probablement l’endroit où le virus s’est pour la première fois propagé: outre des poissons, on y vend également des chauves-souris, des serpents et autres animaux sauvages comme le pangolin. Le virus est ainsi passé de l’animal à l’homme. Depuis, il se transmet d’homme à homme. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a donné un nom officiel à la maladie provoquée par le nouveau coronavirus: Covid-19, abréviation de «coronavirus disease 2019», ou, en français, «maladie coronavirus 2019».

Lavage des mains fréquent pour l’hygiène personnelle

Le Covid-19 passe essentiellement d’une personne à l’autre par le biais de gouttelettes, c’est-à-dire quand quelqu’un éternue ou tousse. Le virus peut aussi être transmis au contact des muqueuses de la bouche, du nez ou des yeux. C’est pourquoi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande de se laver les mains souvent et longtemps pour son hygiène personnelle. De plus, il convient de ne pas se toucher le visage, de garder une distance raisonnable par rapport aux autres personnes et, lorsque cela est requis, de porter un masque d’hygiène. Outre les mesures de protection pour la population, il existe également des mesures de prévention pour les

entreprises, exploitations et organisations: il y a quelques années déjà, la SSIGE a publié la Recommandation GW 1003, un «manuel pour la préparation des entreprises» en cas de pandémie. «La recommandation doit offrir aux distributeurs d’eau la meilleure aide possible pour résoudre les tâches en cas d’épidémie», explique André Olschewski, responsable du secteur Eau de la SSIGE. Le document se base sur le plan de pandémie de l’OFSP, bien qu’il soit conçu spécifiquement pour les besoins des distributeurs d’eau ou de gaz. La Recommandation GW 1003 est disponible pour toutes les régions linguistiques de Suisse en allemand, français et italien. Pour l’essentiel, le plan de pandémie de la SSIGE contient une introduction sur l’intérêt et la finalité des documents, des aspects organisationnels, des applications de mesures internes en cas de pandémie et des conseils de communication. De plus, il existe une annexe qui aborde le lavage des mains, le port d’un masque d’hygiène, le nettoyage des installations ou la planification de mesures.

Une qualité excellente de l’eau potable

Selon un rapport de l’OMS, il n’existe cependant aucune indication d’une propagation ou transmission du Covid-19 via l’eau potable. «Notre eau potable», selon André Olschewski, «présente toujours une excellente qualité d’un point de vue hygiénique, ne doit pas être bouillie et convient à la consommation directe même durant la pandémie.»

Les collaborateurs des distributeurs d’eau ne courent pas de risque plus élevé lié au Covid-19, selon l’avis unanime des spécialistes. Les distributeurs d’eau sont néanmoins tenus de tout préparer pour assurer la continuité de l’exploitation sans problèmes. «Il s’agit ici surtout de pouvoir maintenir les postes essentiels à la distribution, afin d’assurer à tout moment une bonne qualité d’eau potable», précise André Olschewski, vice-directeur de la SSIGE. Le plus important consiste à appliquer les mesures hygiéniques préventives comme le lavage correct des mains et la distanciation, conformément aux instructions de l’OFSP.

Dans son plan de pandémie, la SSIGE recommande toutefois d’appliquer des mesures spécifiques lors des travaux effectués sur l’infrastructure. Il faut ainsi s’assurer en temps utile de pouvoir continuer à acquérir ou d’avoir en quantité suffisante des composants et produits essentiels pour le traitement de l’eau, par exemple des produits chimiques de désinfection ou des floculants. Il faudrait peut-être renoncer, pour des raisons psychologiques, aux travaux avec «accès libre» à l’eau, tandis que rien ne s’oppose à un nettoyage de réservoir planifié, naturellement dans le respect des instructions de l’Office fédéral de la santé publique.

Fin mars, en raison des mesures de confinement liées au Covid-19, il a fallu fermer à l’échelle nationale les écoles, installations sportives, piscines, hôtels, restaurants et autres bâtiments ou en réduire fortement l’utilisation. «Lorsque l’exploitation conforme à sa destination des systèmes de distribution d’eau potable ne peut pas être assurée pendant plusieurs semaines, la stagnation prolongée de l’eau potable augmente le risque d’apparition de légionelles ou d’autres microorganismes», explique Cosimo Sandre, conseiller technique à la SSIGE.

Garantie de l’hygiène dans les installations

Que pouvons-nous donc faire? «Lors de la remise en service des installations», précise l’expert, «il faut laisser l’eau couler dans toutes les robinetteries de soutirage au moins jusqu’à obtenir la température constante.» Il est important d’ouvrir simultanément plusieurs points de soutirage afin d’assurer un écoulement suffisant dans les réseaux de distribution. Le rinçage des conduites doit en outre se dérouler séparément aussi bien pour l’installation d’eau froide que d’eau chaude.

Afin de garantir l’hygiène nécessaire pour les distributeurs d’eau ainsi que pour les ménages en cas d’installations d’eau potable temporairement inutilisées, comme dans les douches des logements de vacances, la SSIGE, conjointement avec suissetec, l’Association de la technique du bâtiment en Suisse, et avec l’Association des chimistes cantonaux de Suisse (ACCS), a élaboré une notice technique contenant quelques conseils sur la procédure professionnelle. «Ce qui est recommandé», indique pour finir Cosimo Sandre, «c’est par exemple de contrôler la présence de légionelles dans les installations d’eau chaude et froide après la remise en service. Récemment, les cas de légionelle se sont accrus en Suisse. La collaboration avec un laboratoire d’analyse de l’eau ou une entreprise sanitaire permet ainsi d’assurer que l’on ne prend aucun risque et que personne ne peut contracter la légionelle.»

Kommentar erfassen

Kommentare (0)

e-Paper

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «AQUA & GAS» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Wasserspiegel» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Gasette» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.