Plateforme pour l’eau, le gaz et la chaleur
Article technique
08. avril 2021

Manifestation de l'OFEV et échange technique SSIGE

Comment gérer la moule quagga, espèce invasive?

On observe actuellement que la moule quagga exogène, originaire de la région de la mer Noire, a colonisé les lacs et cours d’eau suisses à une vitesse inquiétante. La propagation rapide de la moule quagga provoque des dommages environnementaux dans les eaux touchées et a un coût économique élevé. Les soutirages d’eau de lac pour le captage d’eau potable ou la chaleur/le froid à distance sont particulièrement menacées et doivent être protégés contre une invasion trop importante de moules.
Martin Bärtschi, Margarete  Bucheli, 

En janvier 2021, l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a invité à un échange d’expériences. Le colloque d’échange s’est focalisé d’une part sur les aspects écologiques de la propagation de la moule quagga, d’autre part sur la réduction de la propagation des moules dans les eaux qui ne sont pas encore envahies. Pour parvenir à ce dernier résultat, l’OFEV avait déjà contacté au printemps 2020 les centres spécialisés cantonaux et leur avait recommandé d’informer les acteurs concernés (associations de pêche/sportives/de constructeurs de bateaux/autorités maritimes) et de prendre des mesures préventives (voir la page de l'OFEV sur les espèces exotiques envahissantes).

Faut-il de meilleures bases juridiques?

Selon l’OFEV, il n’existe actuellement pas de base juridique permettant par exemple aux offices concernés d’imposer un nettoyage de bateau attesté par un certificat avant la mise à l’eau. La plupart des cantons considèrent que la Confédération a le devoir de créer une telle base juridique afin que des mesures efficaces puissent être mises en œuvre pour endiguer la propagation de néozoaires invasifs. À l’inverse, certains cantons considèrent les dispositions de l’ordonnance sur la dissémination dans l’environnement (Ordonnance sur l’utilisation d’organismes dans l’environnement, ODE) comme une base suffisante pour des mesures ambitieuses, qui va déjà relativement loin. Par exemple, dans les cantons d’Argovie et du Tessin, les bateaux et autres équipements de sports nautiques doivent être nettoyés de façon adéquate avant la mise à l’eau.

Dans le cadre du projet «SeeWandel: la vie dans le lac de Constance – hier, aujourd’hui et demain», une méthode sera développée pour permettre à l’avenir de mesurer systématiquement la propagation de la moule quagga dans les eaux suisses. À l’heure actuelle, il n’existe pas de données nationales sur la propagation de la moule quagga. La plupart des données sont aujourd’hui collectées par les distributeurs d’eau concernés. Il est à espérer que le projet SeeWandel créera une mise en réseau supplémentaire entre les parties concernées et améliorera les flux d’informations.

Les représentants des distributeurs d’eau ont également souligné l’importance de sensibiliser et de mettre en réseau tous les utilisateurs des eaux de surface en ce qui concerne les espèces envahissantes et les problèmes qui s'y rattachent. Le flux d’informations est toutefois actuellement insuffisant. Il est donc souhaitable que la SSIGE promeuve des modifications appropriées auprès de l’OFEV.

Mesures techniques contre la moule quagga

Toujours en janvier 2021, la SSIGE a organisé un échange technique sur le thème de la moule quagga. Des représentants des services industriels de Saint-Gall, du distributeur d’eau Bodensee-Wasserversorgung à Sipplingen, du Service des eaux de la Ville de Zurich, d’Énergie Service Bienne, du Service de l’eau de la Ville de Lausanne et des Services Industriels de Genève (SIG) ont tout d’abord présenté leurs stations de traitement des eaux de lac et le degré d’infestation par la moule quagga. Ils ont ensuite exposé des solutions élaborées et planifiées pour un futur traitement résistant aux moules quagga. Des mesures déjà mises en œuvre ont également été présentées.

Le lac de Constance est fortement touché. C’est ici que la moule quagga a été détectée pour la première fois en 2016. Depuis lors, elle s’est propagée massivement sur toute la rive ainsi que dans des endroits plus profonds du lac. Les services municipaux de Saint-Gall (sgsw) constatent également dans leur station de traitement des eaux de lac de Frasnacht que la crépine d’aspiration de la conduite de soutirage a été complètement recouverte en l’espace un an. L’intérieur de la conduite elle-même est partiellement recouvert de moules et on peut remarquer qu’on trouve de plus en plus de moules dans les zones de la conduite où le courant change. Celles-ci pénètrent jusque dans l’usine. L’infestation n’y est toutefois pas alarmante et les différents ouvrages de traitement peuvent être nettoyés mécaniquement. Pour le nettoyage de la crépine d’aspiration, sgsw a utilisé pour la première fois un robot submersible afin d’enlever les moules à l’intérieur et à l’extérieur à l’aide d’eau haute pression (150 bars et 40 l/min). La technique a rencontré un franc succès: la crépine d’aspiration a pu être complètement nettoyée en l’espace de deux jours.

Il y a déjà une grande population de moules quagga dans le lac Léman également. Les installations de soutirage (crépine d’aspiration et conduite) des stations de traitement des eaux de lac du Service de l’eau de Lausanne ainsi que celles des SIG sont envahies de moules quagga. C’est à proximité de la crépine d’aspiration que la densité des moules est la plus importante, puis elle diminue autour de la station. Au Service de l’eau, l’inspection régulière par caméra (une à deux fois par an) des conduites de soutirage est actuellement considérée comme une priorité. Si nécessaire, la crépine d’aspiration peut être hissée pour un nettoyage en surface (sur un ponton). Les SIG ont également cette possibilité et en font actuellement usage une fois par an. En outre, les SIG ont déjà mis en place une chloration continue dans les conduites de soutirage d’eau de lac dans le cadre de la lutte contre la moule zébrée. Celle-ci est actuellement réalisée avec une concentration en chlore de 0,25 ppm.

Pour assurer l’approvisionnement en chaleur et en froid écologique à Genève, les SIG réalisent actuellement le grand projet GeniLac, un réseau d’anergie hydrothermal qui utilise l’eau du lac Léman. Une chloration «co-modale» est envisagée pour protéger la conduite de soutirage d’eau de lac, elle doit maintenant être testée au cours d’essais pilotes. La plupart du temps, la conduite doit être chlorée en continu à faible dose (max. 0,5 ppm de chlore). Si l’on constate une forte prolifération des moules, par exemple en été, on peut procéder à des chlorations choc avec des concentrations supérieures à 0,5 ppm (jusqu’à 10 ppm). Cette combinaison de chloration continue et choc offre plusieurs avantages, notamment une flexibilité accrue et une optimisation de l’utilisation du chlore.

Plusieurs distributeurs d’eau envisagent de créer un soutirage d’eau de lac redondant, c’est-à-dire d’ajouter une deuxième conduite d’eau de lac, de sorte que le soutirage d’eau ne soit pas interrompu en cas de travaux de nettoyage. Parallèlement, la possibilité de procéder au raclage des conduites est primordiale. Un raclage fréquent (par ex. toutes les quatre semaines) présenterait des avantages. Les larves pourraient ainsi être éliminées avant que les moules ne se forment et ne se fixent. Il n’y a alors pratiquement pas de produit de raclage qui nécessiterait un processus d’élimination laborieux. Les procédés de nettoyage et de raclage actuellement disponibles sont toutefois complexes à mettre en œuvre et requièrent des efforts considérables, ils ne sont donc effectués qu’une fois, éventuellement deux fois par an. Un nettoyage mensuel serait donc subordonné à l’automatisation et à la simplification de la procédure. Beaucoup d’autres travaux de recherche et de développement sont pour cela nécessaires. À l’heure actuelle, ESB se préoccupe fortement de cette question.

Informations sur le thème de la moule quagga

Une nouvelle page consacrée au thème de la moule quagga a été créée sur le site de la SSIGE: https://www.svgw.ch/fr/eau/dossier-moule-quagga/. On y trouve l'information technique SSIGE W15010 «Quagga» ainsi que des tableaux contenant des synthèses des présentations de l’échange technique de la SSIGE.

Kommentar erfassen

Kommentare (0)

e-Paper

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «AQUA & GAS» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Wasserspiegel» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Gasette» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.