Plateforme pour l’eau, le gaz et la chaleur
20. juin 2022

Colloque sur l’hydrogène

Le colloque sur l’hydrogène suscite un grand intérêt

L’hydrogène fait partie intégrante du «Green Deal» européen et constitue donc un élément central de l’avenir énergétique. En Suisse aussi, cette source d’énergie prend de l’importance. Le colloque sur l’hydrogène organisé par la SSIGE à Bienne, qui affichait complet, a donc suscité un grand intérêt en abordant différents aspects liés à l’hydrogène.

Les objectifs climatiques en Suisse, en Europe et dans le monde constituent un moteur important pour la transformation du secteur énergétique. Markus Bareit, économiste de l’énergie à l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), a démontré dans son exposé que plus de 60 % de la consommation mondiale d’énergie reposait encore sur des sources d’énergie fossiles. Dans ce contexte, l’hydrogène continue de jouer un rôle secondaire dans le mix énergétique, bien qu’il soit connu depuis longtemps comme source d’énergie. Il n’était jusqu’à présent pas compétitif en matière de coûts par rapport au gaz, au charbon et au pétrole. Selon l’estimation de Bareit, le défi réside plutôt dans les investissements nécessaires pour produire suffisamment d’hydrogène. Les coûts élevés ont conduit à un problème de type «l’œuf ou la poule». Tant qu’il n’y a pas assez d’hydrogène, les entreprises sont réticentes à développer des applications basées sur l’hydrogène et, d’un autre côté, les producteurs d’hydrogène sont réticents à investir s’ils ne sont pas sûrs de pouvoir vendre cet hydrogène.

Rudy Van Beurden, Senior Vice President Public Affairs chez FluxSwiss, a décrit une manière d’ouvrir progressivement la voie à l’hydrogène. Des clusters - des réseaux d’hydrogène délimités dans l’espace - sont progressivement reliés entre eux, jusqu’à constituer un réseau d’hydrogène à l’échelle européenne. Parallèlement, il s’agit de mettre en place une «colonne vertébrale de l’hydrogène» pour acheminer l’hydrogène vers l’Europe, entre autres depuis le Sud - principalement depuis l’Afrique du Nord. Contexte: L’Afrique du Nord offre de bonnes conditions pour accueillir de grandes installations solaires dont l’énergie peut être stockée sous forme d’hydrogène et transportée vers l’Europe. Dans ce domaine, la Suisse jouit d’une excellente position géographique en tant que pays de transit. Si le développement des énergies renouvelables se poursuit en Afrique du Nord, de grandes quantités d’hydrogène pourraient à moyen terme transiter vers l’Europe du Nord via l’Italie en Suisse.

Mais le colloque a également abordé des défis très concrets auxquels le secteur du gaz est confronté dès aujourd’hui. Avec l’entrée en vigueur de la directive G18 sur la qualité du gaz, il sera possible de mélanger jusqu’à 20 pour cent d’hydrogène au gaz naturel actuel. Les exploitants de réseau pourraient donc bientôt être confrontés à des demandes d’injection d’hydrogène. Il est donc important de commencer dès maintenant à vérifier si l’on peut ajouter de l’hydrogène dans les réseaux de gaz et, le cas échéant, de les modifier pour de l’hydrogène à 100 %. La bonne nouvelle, c’est que du côté des fabricants, il existe déjà de nombreux produits pour la construction de réseaux compatibles avec l’hydrogène capables de fonctionner aussi bien avec du méthane qu’avec de l’hydrogène. Du côté des acheteurs, il y a également une dynamique forte. Daniel Fuhrer, spécialiste des propulsions / carburants alternatifs aux CFF, a présenté aux participants les activités des chemins de fer fédéraux dans le domaine de l’hydrogène et le professeur Stefan Jäschke Brülhart, propriétaire gérant d’Envenion GmbH, a abordé les applications dans le domaine du bâtiment.

Après que les associations Hydrospider et Producteurs H2 ont présenté leurs activités dans le domaine de l’hydrogène, le congrès de Bienne s’est achevé par une table ronde animée et un apéritif, que les participants ont mis à profit pour échanger et élargir leur réseau par de nombreux contacts.

Kommentar erfassen

Kommentare (0)

e-Paper

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «AQUA & GAS» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Wasserspiegel» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.

Avec l'abonnement en ligne, lisez le E-paper «Gasette» sur l'ordinateur, au téléphone et sur la tablette.